Les trésors de François Dautresme

Une histoire de la chine ancienne à travers les objets d'un collectionneur

 

Les Ge Ba

Les femmes chinoises récupéraient des pièces de tissus dans des vêtements usagés, qu’elles assemblaient à la colle de riz et découpaient ensuite pour en faire des semelles de chaussures ou des doublures. Art brut, éphémère, les « Ge Ba », sont des tableaux magnifiques, qui n’ont rien à voir avec des ouvrages de dames, mais évoquent étonnamment des peintures de Poliakoff ou de Nicolas de Staël. 
Ces collages, tous des pièces uniques, ont été collectionnés dès les années 60, par François Dautresme le créateur de la CFOC.
Sa cousine, Françoise Dautresme organise une vente privée, la semaine prochaine, de 10 heures à 17 heures, à Saint Denis, à deux cents mètres de la Porte de la Chapelle.
Ce serait en même temps l’occasion pour vous, de voir l’étonnant petit musée de ce grand voyageur qui a pendant trente ans, accumulé des milliers d’objets usuels chinois.


Y aller

68 avenue du President Wilson

93210 Saint Denis

 

Métro : Front Populaire, ligne 12, prendre la rue Proudhon. Au croisement avec l'avenue du President Wilson, tourner à gauche.

Possibilité de se garer dans la cour en le signalant au gardien a l'entrée.
C’est au troisième étage, par la petite porte en métal beige a l'extrême gauche de la façade.

 


Pour les Chinois, François Dautresme était Lao Du, "M. Du", un des leurs. "Je venais de loin et je m'intéressais à ce qui n'intéressait qu'eux (les paysans) : les objets de leur vie quotidienne", disait-il. De la simple râpe à gingembre au miroir en bronze de l'ancienne Chine, François Dautresme (1925-2002), arpenteur de l'empire du Milieu, collecta des milliers de pièces, faisant inlassablement l'éloge de l'essentiel, de cet "Art de vivre, art de survivre" - nom de l'exposition que la Fondation Miro, à Barcelone, lui consacrait en 1995.

 

Durant quarante ans, porté par une insatiable curiosité des savoir-faire, patrimoine vernaculaire qu'il craignait de voir disparaître à tout jamais, M. Du passa la moitié de son temps à courir les campagnes reculées de la Chine, du Henan à la Mongolie, et jusqu'aux lisières des sables du Taklamakan.

 

A l'heure du tout-plastique, des jouets au moindre cabas, une plongée dans les trésors de M. Du est un vrai bonheur. Sous le titre "Chine, célébration de la terre", l'Espace Fondation EDF, à Paris, expose, jusqu'au 19 septembre, quelques-unes de ses trouvailles mises en scène derrière un rideau de bambou. Alerté par l'orage qui gronde et l'averse qui s'abat sur la rizière - efficace sonorisation -, le visiteur s'imagine au bord d'une rivière, découvrant l'extrême raffinement des objets de vannerie adaptés à chaque usage : nasses à crevettes, poissons, cages à volailles, serpents, pigeons, grenouilles, innombrables paniers à cochon et autres bestioles, ou panier géant destiné à recevoir le grain tamisé, hottes en bambou aux multiples formes et propos. Pour chaque tâche, un récipient, un outil adéquats, comme cette étonnante noria de bois.

Patrimoine anonyme

C'est à Saint-Denis, aux portes de Paris, dans l'entrepôt familial, que Françoise Dautresme, cousine de M. Du, aujourd'hui disparu, conserve et protège l'ensemble de la collection. Quelque 10 000 objets, soigneusement classés par thèmes, et dont son voeu le plus cher serait de les rendre accessibles, de manière permanente, au public.

Ce patrimoine anonyme, collecté par ce pionnier de la culture des campagnes en voie de disparition, éblouit par sa simple et utile beauté : calebasse-cage à grillon avec bouchon ciselé dans le jade, tunique en mailles de bambou utile contre les grandes chaleurs - le bambou reste toujours froid -, collages abstraits des chiffonnières, besace en saule, boîte à repas en bois peint, gris-gris d'argent, bols de terre à glacis bleu et vasques aux soixante couches de laque corail... jusqu'au manteau de pluie en fibre de palme tressée, pour le travail aux champs. 35 000 photos de M. Du nourrissent le récit de ces campagnes oubliées, bousculées par la course effrénée à la modernité. Un patrimoine exceptionnel qu'il faut montrer pour assurer sa survie.

LE MONDE | 06.09.2010 à 15h30 Par Florence Evin

Les motivateurs